• Strategic Workforce Planning 5 étapes
  • 11 comportements à ne pas avoir dans l'entreprise de demain

Future of Work : 11 comportements à ne surtout PAS avoir dans le monde du travail demain.

10/02/20 07:30 / par Charlotte Delacroix

Espaces de travail, conditions de travail, lieu de travail, réseaux sociaux… dans un monde professionnel en constante évolution, de nombreuses études se penchent sur le futur du travail en 2030. N'oublions pas qu'en 2030, les personnes nées en 2000 auront (déjà) 30 ans. Aujourd'hui,  nous sommes tous concernés par les connaissances et compétences qui seront demain au cœur de la performance, que l'on soit en contrat à durée indéterminée, déterminée, indépendant freelance ou entrepreneurs.

On parle beaucoup des compétences stratégiques du futur, ces compétences clés qui vous permettront d’évoluer et d’être performant/e dans un environnement digital. Nous vous avons présentez un modèle de Digital Readiness, permettant de s'évaluer sur 11 compétences essentielles pour demain. A l’inverse, quelles sont les comportements et les attitudes qu’il faudra absolument éviter d’avoir dans l’entreprise de demain ? Si vous vous reconnaissez dans un des comportements ci-dessous, passez vite le test "Digital Readiness" pour découvrir quelques pistes utiles pour votre développement personnel et professionnel.  

 

Visuel ART 11 compétences

1) "Les compétences clés que j'ai apprises hier sont toujours pertinentes aujourd'hui et dans le monde du travail de demain."

Naturellement, vous préférez vous servir de vos compétences et connaissances de toujours pour faire votre travail. Même si vous n’allez pas forcément aller le chercher, vous n’êtes pas contre recevoir un feedback constructif. Le développement des compétences professionnelles : vous n’y avez jamais vraiment cru et les actions initiées par les ressources humaines n’ont pas vraiment fonctionné. Vous n’avez pas nécessairement le réflexe de réfléchir à vos expériences professionnelles, faire un le bilan de vos compétences et avoir une approche d’apprentissage continu. Votre défi ? Apprendre à apprendre !

 

2) "Pourquoi changer des méthodes de travail qui ont toujours bien fonctionné ?"

Il n’est pas nécessairement facile pour vous d’accueillir positivement le changement ni de jongler entre différentes tâches ou activités. Vous êtes plus à l’aise dans des situations que vous avez déjà appréhendées par le passé que dans des situations où vous devez vous adapter. Vous préférez suivre une approche et des processus qui ont déjà fait leurs preuves.

 

3) "La nouveauté, c'est bien, mais ça ne dure qu'un temps."

Vous n’êtes pas fan de la variété et vous n’êtes pas spécialement enthousiaste face à de nouvelles initiatives et à des processus d’amélioration. Vous êtes capable de repérer des limitations et problèmes potentiels au travail et vous préférez résoudre des problèmes bien définis avec lesquels vous êtes familiers plutôt que des problématiques nouvelles.

 

4) "La communication n'est pas l'affaire de tous !"

C’est un fait : vous n’aimez pas communiquer. Parler, c’est encore le meilleur moyen de s’attirer des problèmes et de déclencher des passions, bref, une belle perte de temps et d’énergie. Vous n’avez aucune envie de servir d’exemple ni de besoin d’être inspiré par les autres, qu’il s’agisse de vos collègues, votre manager ou de toute autre partie prenante dans votre quotidien professionnel. Le réseau, vous ne l’avez jamais utilisé et vous ne voyez pas son utilité. Sans aller jusqu’à faire de la rétention d’informations (quoique…), vous estimez que si vos interlocuteurs ont besoin d’information ils vous en feront la demande. De toutes façons, vous n’avez jamais été particulièrement bon pour entretenir le contact.

 

5) "Pour travailler heureux, travaillons cachés."

Vous n’aimez pas vraiment collaborer, vous travaillez mieux seul qu’en équipe (et c’est d’ailleurs ce que vous préférez). Pour être honnête, vous êtes plutôt mené par votre réussite personnelle plutôt que la réussite collective. Les entreprises qui fonctionnent en silo sont encore celles où il fait le mieux vivre. Vous ne faites pas vraiment confiance à votre entreprise et à vos interlocuteurs et ne prenez donc pas le temps de construire de relation de confiance. Vous préférez fuir les conflits que les affronter et/ou les désamorcer.

 

6) "Mieux vaut garder son avis pour soi."

Si vous rencontrez un problème lors d’un projet professionnel, vous préférez toujours vous tourner vers quelqu’un d’autre pour trouver un début de solution. Honnêtement, vous n’avez pas été recruté pour tout remettre en question ! Les situations complexes vous donnent mal à la tête et vous gardez votre esprit critique pour vous : en effet, que se passerait-il si la solution que vous proposez est retenue mais ne fonctionne pas ? La prise de risques vous donne des sueurs froides. Vous n’êtes déjà pas la personne qui traverse au feu piéton rouge, hors de question de prendre le risque de se ridiculiser avec un échec !

 

7) "Big Da... quoi ?"

Le concept « Big Data » vous donne des boutons. Vous ne pensez pas/pas toujours/pas systématiquement à analyser votre travail ou à vous pencher sur les données pour prendre des décisions pour la suite. Vous avez plus une vision et une approche large, globale et macro des choses, ce qui explique pourquoi vous avez du mal à vous pencher sur des données complexes. Vous avez connaissance des règles qui régissent votre environnement et votre quotidien professionnel : vous les suivez quand vous les trouvez pertinentes. L’intégrité professionnelle est un concept plutôt flou pour vous : on peut compter sur vous, mais pas toujours et pas pour n’importe quoi. L’honnêteté, ça peut vite se retourner contre vous.

 

8) "Prendre des responsabilités, ça finit toujours par causer des ennuis !"

Cette sensation d’apporter votre pierre à l’édifice dont tout le monde vous parle, vous ne la ressentez pas. L’impact que vous avez sur votre organisation et votre environnement de travail n’est pas très clair. Les responsabilités, très peu pour vous : votre zone de confort vous suffit amplement et vous n’avez ni l’envie ni le temps de faire preuve d’initiatives.  Vous effectuez vos tâches au fil de l’eau et vous essayez de les exécuter. Vous n’avez pas de tâches spécialement prioritaires ou en tout cas vous ne les percevez pas de la sorte. Si vous atteignez vos résultats c’est mieux, mais si vous ne le faites pas ça sera pour l’année prochaine, tant pis !

 

9) "A quoi bon essayer de comprendre le client, il finira toujours par acheter ce qu'on lui propose."

Pour signer un contrat, vous n’avez pas spécialement besoin de vous tenir informé des dernières avancées et tendances dans votre secteur et profession. Vous gérez vos clients en pilotage automatique et vous préférez leur présenter ce que vous pensez être bon pour eux plutôt que de les laisser exposer ce qu’ils pensent être leur besoin. Sinon, c’est une perte de temps !

 

10) "Le meilleur moyen de ne pas subir la pression, c'est encore de la fuir."

Face à une situation complexe, vous perdez facilement confiance (en l’avenir, en vous-même et les autres) et vous avez tendance à faire preuve de négativité. La pression, vous la subissez quand elle se présente et vous la fuyez le reste du temps.

 

11) "Devenir coach ? Je fais déjà partie d'une équipe de volley, merci."

Dans votre environnement professionnel, vous fonctionnez très bien sans les autres et vous n’avez pas spécialement besoin ni envie de soutien de leur part. Naturellement, vous ne voyez pas en quoi vous pourriez être un acteur de leur développement ou de leur adaptation au changement.

 

Alors plutôt serein ou anxieux sur ce qui vous attend dans ce monde digital ? Pour savoir si vous êtes prêt/e pour travailler dans l'entreprise de demain, testez votre Digital Readiness !

 

Thèmes : Digital Readiness

Charlotte Delacroix

Rédigé par Charlotte Delacroix

Digital marketing enthousiast, Charlotte croit au renouveau du recrutement en France, à la richesse issue de la diversité des profils et au recrutement sur les compétences, pas sur le CV.